Ohne Frauen keine Revolution.

Facteurs incontestables du succès économique de l'Allemagne, les Schlager sont également des vecteurs de messages politiques forts, à l'instar de la lutte pour les droits des femmes. Vous pensiez que Simone de Beauvoir était branchée neuvième symphonie de Beethoven ? Que nenni ! Elle écoutait en boucle Trude Herr, Gitte Haenning, Juliane Werding et Ina Deter. Car, qu'on se le dise : Sans les femmes, pas de révolution... et pas de belle musique !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑